Electronique : le multivibrateur astable

07 mai 2018 rdorigny 0 commentaires

Voici un petit oscillateur BF qui est assez courant. Le multivibrateur astable est un montage facile à réaliser que nous allons monter sur une breadboard. On verra comment il fonctionne dans la théorie et la pratique à l'aide de l'oscilloscope.



Le schéma à deux transistors est le suivant:

Les transistors sont activés successivement par les condensateurs qui se chargent et déchargent.
Prenons le cas où T1 est éteint (ouvert):
- C1 se charge à +5V par l'intermédiaire de R3;
- C1 absorbe momentanément tout le courant jusqu'à ce qu'il soit chargé, c'est alors le courant arrive sur la base et comme VBE=4.3V ce qui est supérieur à 0.7V, T1 passe en mode fermé ou en saturation;
- La LED1 s'allume avec la fermeture du transistor;
- Le transistor T1 agit quasiment comme un court-circuit sur C2. Or C2 était alimenté par la résistance R1 à +4.3V. Une fois court-circuité, la référence tension n'étant plus la même, il passe à -4.3V. Ce qui ferme T2 et éteint la LED2;
- C2 va se recharger par l'intermédiaire de R4 relativement lentement car il s'agit d'une grosse résistance. Si on diminue R4 ce sera plus rapide;
- C2 se recharge jusqu'à dépasser +0.7V ce qui fait commuter T2 en saturation;
- C1 est alors circuité, la tension est -4.3V à ses bornes ce qui ferme T1;
- T2 alimente la LED 2 qui s'allume;
- C1 se recharge par l'intermédiaire de R3, dépasse 0.7V, allume T1 et ainsi de suite ...

Voilà, nous avons un oscillateur à basse fréquence avec le chargement/déchargement des circuits RC qui font commuter les deux transistors.

A l'oscilloscope, on peut mesurer les tensions aux bornes de C1 (signaux jaune et rose), et faire la différence des deux signaux avec la fonction mathématique de mon oscilloscope numérique. Ce qui donne la tension aux bornes du condensateur C1. Il s'agit du signal blanc.

On observe un chargement du condensateur C1, par la résistance R3, qui est une grosse résistance, donc le chargement est assez lent. En revanche, le déchargement de C1 dans la seconde demi-période du signal est rapide avec la commutation du transistor T2 qui passe C1 en quasi court circuit.

Conclusion

Assez pédagogique comme circuit. Il est simple à réaliser, et permet de se faire la main avec des composants non-linéaires (diodes, transistors).





Pseudonyme (obligatoire) :
Adresse mail (obligatoire) :
Site web :




© 2018 www.doritique.fr par Robert DORIGNY